IV. MISE EN AVANT DES EFFETS DES ONDES.

          1) Témoignages : l'éléctro-hypersensibilité.

 

L'EHS (Electro-Hyper sensibilité) est une pathologie reconnue et décrite par l'OMS. En Suède il s'agit d'un handicap, en Angleterre une maladie, mais le lien officiel avec les champs électromagnétiques n'est pas officiellement reconnu.
En France, elle est juste ignorée par les pouvoirs publics.
Or, de nombreuses études indépendantes et non contestées ont démontré à la fois la réalité de l'électrosensibilité et le lien physiologique avec l'exposition aux champs électromagnétiques.


Voici quelques extraits de témoignages de personnes souffrant de cette maladie, ou plutôt de cette allergie.

Un éléctrosensible raconte :

« Au départ, insomnies du dimanche soir. Je me disais que c’était dû à la reprise du boulot le lendemain. Ensuite, nervosités, tensions, manque de concentration, aucune résistance au stress, manque de motivation, troubles de panique, oppression thoracique, vertiges, intolérance aux déodorants,… le sentiment de n’être jamais heureux, alors que tous les éléments étaient là pour concourir à mon bonheur. En plus, cela ne correspondait pas du tout à ma personnalité. (…) Il m’était devenu impossible de dormir correctement. Je n’étais plus capable de faire un jogging. La descente aux enfers avait commencé. Mon état se dégradait irrémédiablement. (…) Un jour, je me suis rendu compte que mon ordinateur m’énerve. Dès que je l’approchais, que j’y travaillais pour mon boulot ou pour mon plaisir, j’avais envie de le jeter au loin. Je venais d’installer un réseau Wifi à la maison. A partir de ce moment, j’ai appris à reconnaître les symptômes du stress électromagnétique. »

(Source : http://electrosensible.hautetfort.com/archive/2005/10/02/temoignage-d-un-electrosensible.html)

En mars 2000, des riverains  belges d’antennes relais ont établi une liste des symptômes ressentis dus à ces ondes. Il est cependant précisé qu’ils ne sont pas systématiques & s’installent de manière pernicieuse, mais ils apparaîtraient de plus en plus rapidement à chaque exposition, et iraient même jusqu’à s’aggraver.

Voici donc quelques exemples :

-         Sommeil perturbé

-         Dépression

-         Anxiété, nervosité

-         Tremblements dans le corps

-         Membres qui dorment

-         Difficultés à se concentrer, à apprendre & à mémoriser

 

 

De plus, après avoir lu de nombreux témoignages, nous avons constaté, que beaucoup de personnes ont été obligé de quitter leur domicile, qui était en ville, pour s’installer à la campagne, afin de ne pas être exposé constamment aux ondes.

Voici un extrait de témoignage.

Mlle B. de Paris - novembre 2008 :

« J'ai d'abord ressenti des brûlures sur le cuir chevelu, en haut de la tête, quand je restais devant ma télé le dimanche.
Cela a continué avec une migraine intense de 3 jours puis la brûlure est revenue et s'accentuait chez moi et au travail avec le wifi mais aussi dans le métro quand quelqu’un téléphonait à coté de moi. J'ai finalement décidé de ne plus me rendre à mon travail, et de partir à la campagne, le temps qu’il me faudrait pour retrouver une santé normale.
 »

 ( Source : http://www.electrosensible.org/b2/index.php/antennesrelais/ )

On note donc la présence de troubles très gênants et inquiétants, uniquement dûs à une exposition à un champs électromagnétique : troubles du sommeil, anxiété, nervosité, vertiges, allant même jusqu'à la dépression.



De même, de nombreuses pétitions contre l'implantation d'antennes relais à proximité d'habitations circulent, sur le net notamment. Une association a même été fondée : PRIARTèM (Pour une réglementation des implantations des antennes relais de téléphonie mobile), ayant pour but de veiller à une implantation des antennes relais respectueuse des conditions de vie et de santé de tous.

De plus, le 23 avril 2009, un grenelle des antennes relais s'est tenu à Paris, sous la demande de François Fillon, afin de « démystifier la phobie que génère l’implantation d’antennes-relais ».

Des opérateurs de téléphonie mobile avaient en effet été condamnés suite à l'implantation d'antennes téléphoniques : la justice applique le principe de précaution, malgrès des dangers pour l'homme non démontrés.

L’Académie de médecine y a expliqué que les effets électromagnétiques des antennes-relais sont 100 à 100.000 fois plus faible que celles des téléphones portables. Cependant, on ne peut pas nier que certaines personnes sont réellement malades. «Les électrohypersensibles » existent bel et bien. Il faut souligner aussi un manque de recul et une véritable connaissance des effets des ondes. Si les effets thermiques ont été étudiés, d’autres facteurs ne l’ont pas été. Il est constaté une prolifération des cancers de la glande salivaire à proximité des antennes-relais, ce à quoi l’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS, répond que « ce n’est qu’une coïncidence ».

Mais aujourd'hui la seule restriction à l'implantation d'antennes relais sont les quotas auxquels les opérateurs sont soumis, au risque, s'ils ne les respectent pas, d'être tenus de payer des amandes importantes.

2) Recherche scientifique : l'exemple de la barrière hémato-encéphalique .

Des tests expérimentaux ont été fait afin de démontrer l'action négative des ondes éléctromagnétiques sur le cerveau, ou plus précisément sur la barrière hémato-encéphalique.

La barrière hémato-encéphalique (BHE) est une barrière anatomique qui filtre et contrôle le passage des substances sanguines et les empêche de passer librement du sang au liquide extra-cellulaire de la substance grise. Elle isole ainsi cette dernière du reste de l'organisme et lui permet d'avoir un milieu spécifique. Des études scientifique ont démontrés que cette barrière peut être plus perméable sous l'effet des ondes électromagnétique (portable, Wi-Fi...). Ce qui a pour effet de laisser passer les métaux lourd dans le cerveau.

 

Voilà les résultats d'une de ces expériences :

Perméabilité de la barrière hémato-encéphalique (sang-cerveau) et atteinte des cellules nerveuses sur des cerveau de rats 14 et 28 jours après leur exposition aux

micro-ondes de téléphones portables.

 

 

 

En résumé :

 

Des scientifiques ont cherché les effets d'une exposition aux micro-ondes du GSM sur la perméabilité de la barrière sang-cerveau et les signes d'une atteinte au niveau des neurones chez les rats, en utilisant un vrai téléphone portable GSM programmable sur la bande des 900Mhz. 

Pendant 2 heures, quatre-vingt seize rats non anesthésiés ont été soit exposés aux micro-ondes, soit en exposition feinte dans des cellules d’irradiation, c'est-à-dire que les rats ont été enfermés en présence d'un téléphone portable « vide », n'émettant aucune onde, pour que l'environnement des rats soit exactement le même dans les deux cas, et que les résultats ne soient pas faussés pour diverses causes, telles que le stress notamment.

 

Les rats ont été sacrifiés après un temps de récupération soit de 14, soit de 28 jours, après l'exposition. L'extravasation, c'est-à-dire le fait qu'une cellule tumorale se faufile à travers un orifice dans une paroi vasculaire, de l'albumine, une protéine présente dans le sang, ainsi que son absorption dans les neurones et l'état d'endommagement de ces derniers ont été évalués.

 

On a retrouvé une forte quantité d'albumine dans les neurones des rats. D'autre part, la quantité de neurones « morts » dans les cerveaux de rats a augmenté, après la période de 28 jours.

 

On en déduit donc, qu'après une exposition continue aux ondes électromagnétiques d'un GSM, la barrière hémato-encéphalique devient perméable, laissant ainsi le sang passer (comme le montre la présence d'albumine dans les neurones des rats). De plus, le fait qu'il y ait du sang dans la matière grise « tue » les neurones, après un certain laps de temps, comme le prouvent les neurones morts retrouvés dans les cerveaux des rats.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site